Edito :

pere-lestien

St Vincent de Paul, L’homme de foi

Saint Vincent de Paul est un des saints le plus connu dans notre pays. Il a su allier les œuvres de miséricorde spirituelle et les œuvres de miséricorde corporelle. S’il est, à juste titre, considéré comme l’initiateur de la première forme organisée d’assistance sociale dans notre pays, il est aussi un protagoniste majeur de la réforme du clergé, qu’il a fait sortir de sa misère morale et spirituelle : en organisant des retraites pour ordinands, en développant la formation permanente avec les Conférences des Mardis, puis en œuvrant dans la création et l’animation de séminaires. Il a montré l’exemple en dépensant lui-même beaucoup d’énergie pour la prédication, le catéchisme, la visite aux malades, la confession, la direction spirituelle, l’assistance aux mourants.

Voici un extrait d’une très belle homélie du Cardinal Joseph Ratzinger (du 26 avril 1981) qui donne le sens profond de l’intuition de Saint Vincent de Paul : « St Vincent de Paul a vécu en vrai croyant. Il a considéré comme sa tâche primordiale, l’évangélisation des pauvres, tout comme Jésus, d’après la prophétie d’Isaïe parlant du Messie (Isaïe 61,1=Luc 14,8). “Annoncer la Bonne Nouvelle aux pauvresdans une époque où aussi bien en France qu’en Allemagne la misère était telle qu’on ne saurait guère l’imaginer aujourd’hui. Entre la peste, la famine et la guerre on dirait que les cavaliers de l’Apocalypse avaient réussi à supprimer tout être vivant. La cruauté, la méchanceté et tant de méfaits ont terni l’image de Dieu dans l’homme en la rendant méconnaissable. La conversion de St Vincent consiste dans le fait qu’il était bouleversé à la vue de cette terrible misère de ses contemporains. C’est grâce à sa conversion qu’il a pu percevoir la racine de cette misère épouvantable : au-delà de la maladie et de la famine il a vu que les hommes ayant perdu la conscience de la présence de Dieu avaient perdu aussi leur propre dignité en même temps que le respect dû à la personne de l’autre. (…)

De cette façon, St Vincent s’est rendu compte que la première chose à faire, c’est non seulement de donner aux pauvres du pain et des médicaments, mais surtout de leur annoncer l’Évangile. C’est l’Évangile qui produira ensuite en eux un changement intérieur après leur avoir fait expérimenter l’Amour du Dieu vivant.    
Et c’est encore valable aujourd’hui ; l’action caritative sans fondement spirituel ne peut produire un monde meilleur ; une thérapie purement psychologique sans autre arrière-fonds que notre opinion personnelle ne résout pas les problèmes, ne sert pas vraiment les hommes. Le fondement le plus intime et le ressort le plus stable de la charité, c’est la Foi, ce don que Dieu fait aux hommes, ce don qui apporte à l’homme tout ce dont il a besoin »

Par toute sa vie Saint Vinent de Paul a donc manifesté son amour de Dieu dans le service des pauvres. Qu’il nous aide à avoir une foi pratique et pas seulement théorique ! Qu’il nous aide à répondre à la soif de Dieu des personnes que la Providence nous confie, à leur redonner leur dignité d’enfant de Dieu.           

                                  

Père Bertrand LESTIEN