Edito :

 

 

pere benjamin

Mois de mai, mois de Marie

Le mois de Marie est le plus beau

A la suite du dogme de l’Immaculée conception en 1854, le mois de Marie devient très populaire en France au 19ème siècle et environ 85 % des paroisses de France le font. Ce sont des prédications le soir. Le mois de Marie attire plus de monde que les conférences de Carême. A la cathédrale d’Arras par exemple chaque jour de semaine, 2000 personnes étaient présentes. Selon le dicton : « Le mois de Marie est le plus beau ». A cause de la nature, tout porte à la dévotion et à la beauté : autels couverts de fleurs, chants mélodieux, brillantes illuminations. « Le langage employé est affectueux et ardent comme envers une mère. Ce culte est à la portée des esprits les plus simples et des cœurs les moins sensibles à la religion ». disait le Cardinal Newmann.  Des livrets de prière et de cantiques, des chapelles à Marie secourable et miséricordieuse remplissent la France au point que le poète Verlaine exprime en un mot l’ambiance du moment : « Je ne veux plus aimer que ma Mère Marie ». Aujourd’hui encore, l’Eglise propose de prier davantage Marie durant ce mois de printemps et de renouveau. En plus des chapelets, un petit pèlerinage auprès des oratoires et statues de Marie sera le bienvenue. Et pourquoi pas un petit autel marial dans nos maisons avec nos enfants ?

 

Sainte Thérèse et le mois de Marie

Chez les Martin, on doublait le mois de Marie avec celui de la paroisse et de la maison. Marie Martin disait que le mois de Marie à la maison faisait concurrence à celui de Notre Dame. Tentures de dentelles sur fond bleu, Zélie payait une femme pour qu’elle apporte un fagot de fleurs, de branches d’aubépines blanches qui montaient jusqu’au plafond. Thérèse étant trop petite pour aller à l’église, faisait son petit mois de Marie : « que j’arrangeais à ma façon ; tout était si petit : chandeliers et pots de fleurs, que deux allumettes-bougies l’éclairaient parfaitement » En ce domaine aussi la Sainte de Lisieux nous donne un exemple pour nous et nos petites têtes blondes. Rien n’empêche un petit enfant de se plaire à fabriquer un coin pour maman Marie. Ils sont si doués pour la fête des mères, la fête de la Mère de Dieu et de l’Eglise a bien le droit à sa création enfantine et joyeuse.

 

Marie et la France

La Vierge Marie aime particulièrement la France et l’a montré par ses multiples apparitions : Le Laus, La Salette, Lourdes, Pontmain, Pellevoisin; L’île Bouchard. Elle en est la Patronne et la fête catholique de l’Assomption du 15 août est la fête votive de la France. Même les monuments sacrés attestent la dévotion du peuple français  à l’égard de la Vierge : trente-quatre églises cathédrales portent le titre de la Vierge Mère de Dieu, parmi lesquelles : Reims, Paris, Amiens, Chartres, Coutances et Rouen. L’immense affluence des fidèles venant aux sanctuaires de Marie, montre clairement la grande piété du peuple envers la Mère de Dieu. Plusieurs fois par an la basilique de Lourdes, est remplie de pèlerins. Rappelons aussi que, depuis le 10 février 1638, la France est officiellement consacrée à la Sainte Vierge suite au vœu prononcé par le roi Louis XIII. Profitons de ce mois qui lui est dédié pour remercier la Mère du Sauveur de sa puissante protection et remettre, avec confiance et espérance, l’avenir de notre pays entre ses douces mains.

 

PÈRE BENJAMIN