Edito

 

 

 

 

p-caratge-philippe-1

Voici l’Agneau de Dieu

Cette appellation de Jésus par Jean-Baptiste désigne en profondeur ce qu’est Jésus dans sa manière de s’approcher de l’homme pour le sauver. Dieu dans la toute puissance de son amour se fait petit, agneau sans défense pour approcher le cœur de l’homme ; Il est l’unique fils du père, plein de douceur et de tendresse qui prend sur Lui nos péchés et notre misère. Il rejoint le cœur de l’homme pour prendre sur Lui nos fautes et les transformer en un seul acte d’amour.

Cette attitude fondamentale du Verbe qui s’est fait chair, nous la retrouvons en chaque Eucharistie : hostie vivante, Il demeure l’Agneau immolé et victorieux qui nous donne la Vie.

Quelle grâce pour nous ! Nous demeurons les disciples de l’Agneau appelés nous aussi à être agneau au cœur de ce monde : « voici que je vous envoie comme des agneaux au milieu des loups » (Luc 10.3). L’attitude fondamentale du chrétien est de vivre et de signifier l’Amour vivant et agissant au cœur d’un monde marqué par la haine et par la violence. Nous proclamons ainsi l’évangile de l’Amour à travers notre manière de vivre, de dialoguer et d’affirmer paisiblement la victoire du Seigneur au cœur d’un monde qui souffre.

L’Église ballottée par les vents n’a pas à craindre les bourrasques de la tempête. Elle est fondée sur le roc ; elle est unie à son Maître ; elle est sainte et appelée sans cesse à être purifiée. Les chrétiens n’ont pas à avoir peur d’être dépouillés et d’être secoués, ils demeurent les témoins de celui qui affirme être le chemin, la vérité et la vie (Jn 14.6). Ils ont à vivre pleinement leur vocation dans l’humilité, l’audace et la charité.

  • Humilité de reconnaitre qu’ils doivent tout à leur Seigneur,
  • Audace de proclamer l’unique richesse qui les fait vivre et
  • Charité parce que agissants en toutes choses selon l’Esprit qui habite leur cœur.

 

Au fond ce qui caractérise le chrétien c’est l’assurance de la foi, il a la sérénité de celui qui connait son Seigneur et veut en témoigner à temps et à contre-temps, il n’a pas peur des obstacles et des contrariétés car il sait qu’il a mis sa confiance dans le Seigneur, il expérimente la victoire de l’Amour, même au prix de sa vie. Oui, nous sommes heureux d’être les apôtres de l’agneau (Ap 21.14), affirmant qu’Il est le Vivant qui a vaincu la mort et qui est assis désormais à la droite du Père.

 

Père Philippe CARATGÉ