Feuille paroissiale – N34 Aout 2020

paroisse de lisieux

 

ÉDITO D’ÉTÉ : « AIE PITIÉ DE MOI SEIGNEUR »


Le cri et la supplication de la femme cananéenne vis-à-vis de Jésus nous touchent en profondeur. Elle prie pour sa fille tourmentée par un démon et demande qu’elle soit libérée et guérie.

Ce cri rejoint la prière de supplication de tant d’hommes et de femmes éprouvés par les difficultés que rencontrent leurs proches ou les personnes de leur entourage. Ce cri de la maman pour sa fille n’est pas sans émouvoir le cœur de Jésus. Pourtant, dans un premier temps, Il ne répond pas. Ce silence de Jésus rejoint le silence de Dieu que nous pouvons connaître quand nous avons l’impression que Dieu ne nous entend pas et semble nous abandonner au milieu de nos difficultés.

Dieu se fait silencieux pour creuser en nous la grâce de la foi. Il purifie ainsi notre prière de supplication et nous enracine en Lui. Le Seigneur donne toujours en abondance, mais il ajuste peu à peu notre prière d’intercession à ce qu’Il veut nous donner. Il nous apprend ainsi à tenir dans le combat spirituel, à persévérer avec fidélité dans les tourments de ce monde présent. Sinon nous serions comme la semence qui tombe sur le terrain avec peu de terre et qui ne peut porter du fruit.

Je suis frappé d’ailleurs, de voir combien dans les événements douloureux que traversent certaines familles, c’est parfois un véritable mouvement de prières et de supplications qui s’étend et se fortifie pour demander au Seigneur les grâces recherchées.

Aujourd’hui, beaucoup sont confrontés à des difficultés familiales ou professionnelles. Combien il importe de se porter les uns les autres, d’accroitre cette prière de supplication. Et c’est ainsi que l’Église toute entière se saisit de toutes les grandes intentions qui traversent notre société et nos familles. C’est toujours plus en profondeur que tous ensemble nous sommes appelés à resserrer nos liens ecclésiaux et à appeler au secours ce Dieu qui ne nous abandonne jamais.

La rencontre du Christ avec la cananéenne se termine alors par cette parole extraordinaire de Jésus : Femme ta foi est grande, que tout se passe pour toi comme tu le veux ! Alors sa fille fut guérie. Le Seigneur finit donc par exaucer cette femme qui est allée jusqu’au bout de sa prière dans une confiance inébranlable en Jésus, l’unique Sauveur. Elle a persévéré dans sa demande, elle a fortifié sa foi, elle pourra désormais fortifier tous ceux et celles qui sont autour de sa maisonnée.

Cela nous fait réfléchir sur notre prière de supplication. Qu’elle soit renouvelée par l’Esprit, qu’elle ne faiblisse pas, qu’elle ne doute pas de la puissance de l’Amour qui veille sur chacun d’entre nous. Oui, Seigneur, prends pitié de nous qui sommes pécheurs. Prends pitié de ce monde en souffrance. Prends pitié de ceux qui désespèrent, en Toi est notre unique espoir !

Père Philippe CARATGÉ

 

 

 

UN ÉTÉ AVEC SAINTE THÉRÈSE

Ne nous lassons pas de prier. La confiance fait des miracles…(LT 129)